ACCUEIL MISSIONS PLAN D'ACCÈS SITES UTILES CONTACT



Cabinet BRUNO
Place du commerce
31750 Escalquens
Tél. 05 34 66 13 13
Fax 05 61 27 89 96
cab.bruno@wanadoo.fr







    ACTUALITÉS

Télétravail : un nouveau cadre instauré par le gouvernement
Les conditions de recours au télétravail ainsi que le statut du salarié bénéficiant de ce dispositif ont été révisés.
 Article 21, ordonnance n° 2017-1387 du 22 septembre 2017 relative à la prévisibilité et la sécurisation des relations de travail, JO du 23  

Dans le cadre de la réforme du Code du travail, les pouvoirs publics ont modifié les conditions de recours à certaines formes de travail. Outre les mesures dédiées au contrat de chantier, qui ont fait l’objet d’une forte médiatisation, figurent également, au sein de cette réforme, de nouvelles règles relatives au télétravail qui s’appliquent depuis le 24 septembre 2017.

Précision : le télétravail désigne toute forme d’organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait également pu être exécuté dans les locaux de l’employeur est effectué par un salarié hors de ces locaux de façon volontaire en utilisant les technologies de l’information et de la communication.

Recours au télétravail : du contrat de travail à l’accord collectif

Auparavant, les employeurs pouvaient recourir au télétravail même s’ils ne disposaient d’aucun accord collectif en la matière. Et, qu’un tel accord existe ou non, ils devaient, de toute façon, formaliser la mise en place du télétravail au moyen du contrat de travail de chaque salarié concerné.

Désormais, la mise en œuvre du télétravail dans l’entreprise requiert la conclusion d’un accord collectif ou, à défaut, l’élaboration d’une charte par l’employeur après avis du comité social et économique. Un texte qui doit fixer les conditions de passage en télétravail et celles permettant d’y mettre fin, les modalités d’acceptation par le salarié des conditions de mise en œuvre du télétravail, les modalités de contrôle du temps de travail du salarié ou de régulation de sa charge de travail ainsi que les plages horaires durant lesquelles son employeur peut habituellement le contacter. Aussi, même si cela est fortement recommandé, le recours au télétravail n’a plus à être mentionné dans le contrat de travail du salarié.

À savoir : les dispositions de l’accord collectif ou de la charte remplacent celles prévues par les contrats de travail conclus avant le 23 septembre, sauf si les salariés s’y opposent dans le mois qui suit la communication de l’accord ou de la charte dans l’entreprise.

Par ailleurs, dès lors qu’un salarié éligible au télétravail demande à bénéficier de ce dispositif, l’employeur qui refuse sa requête doit motiver son refus. En revanche, comme auparavant, le salarié est en droit de refuser de passer en télétravail.

Enfin, en cas d’absence d’accord collectif ou de charte en matière de télétravail, employeur et salarié peuvent, d’un commun accord, y recourir mais uniquement de façon occasionnelle.

Statut du télétravailleur : des règles plus protectrices

À présent, le Code du travail précise que le télétravailleur dispose des mêmes droits que le salarié qui exerce son emploi dans les locaux de l’entreprise, notamment en matière d’accès aux informations syndicales, de participation aux élections professionnelles et d’accès à la formation.

En outre, l’accident qui survient sur le lieu de télétravail du salarié pendant les heures dédiées à son activité professionnelle est considéré comme un accident du travail.

Important : l’employeur n’est plus tenu de prendre en charge l’intégralité des coûts liés au télétravail (matériel informatique, logiciels...), sa participation à ces frais peut maintenant être déterminée dans l’accord collectif ou la charte organisant le télétravail dans l’entreprise.

Article du 03/10/2017 - © Copyright Les Echos Publishing - 2017

haut de page




Actualités...

Prélèvement à la source : tous les feux sont au vert !
18/10/2017
Le service Cybermalveillance.gouv.fr est désormais actif dans toute la France
18/10/2017
Indemnité de congés payés : faut-il prendre en compte la prime d’ancienneté ?
18/10/2017
Créance de salaire différé : comment la payer ?
17/10/2017
Dividendes : une décision sinon rien !
17/10/2017
Une fiche de paie simplifiée pour une meilleure information des salariés
16/10/2017
Le secteur associatif compte plus de 1,8 million de salariés
16/10/2017
La contribution sur les revenus distribués ne s’applique plus !
16/10/2017
La Fédération Française de l’Assurance fait le point sur les assurances de personnes
13/10/2017
Le licenciement retouché par la réforme du Code du travail
12/10/2017
Corriger en ligne sa déclaration de revenus 2016, c’est encore possible !
12/10/2017
Paiement sans contact jusqu’à 30 € : qui en bénéficie ?
12/10/2017
Une loi étrangère peut mettre en échec la réserve héréditaire française
11/10/2017
Les négociations obligatoires peuvent être adaptées à l’entreprise
11/10/2017
Complémentaire santé : plus que 3 mois pour se conformer aux contrats responsables
10/10/2017
Droit de préemption de la Safer : gare aux faux démembrements de propriété !
10/10/2017
Inno Génération : dernier jour pour s’inscrire
10/10/2017
L’usage du nom d’un ancien associé dans la dénomination d’une SCP
10/10/2017
Taxe sur les véhicules de sociétés : pas de déclaration pour le 30 novembre !
09/10/2017
Près de la moitié des Français donne à une association ou à une fondation
09/10/2017
Le gouvernement favorise la pratique de l’accord majoritaire en entreprise
09/10/2017
Salarié déclaré inapte : quelle obligation de reclassement pour l’employeur ?
06/10/2017
Financement participatif : un nouveau label pour la transition énergétique et écologique
06/10/2017
Une consultation des salariés dans les petites entreprises
06/10/2017
Négocier dans une entreprise sans délégué syndical est simplifié
05/10/2017
Accessibilité des locaux : avez-vous votre registre public d’accessibilité ?
05/10/2017
Prélèvement à la source : le report est confirmé !
05/10/2017
Ce que vous réserve le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018
05/10/2017
Le vendeur est tenu de délivrer un bien conforme à la commande
05/10/2017
Le licenciement pour motif économique après la réforme du Code du travail
04/10/2017




© 2009-2017 - Les Echos Publishing - mentions légales